Quand on parle d’assurance auto, on a toujours en tête le bonus/malus. C’est tout simplement le comportement de l’automobiliste sur la route. Plus sa responsabilité est engagée pendant les sinistres, plus son malus va augmenter, la prime est alors majorée. Inversement, s’il a été responsable d’aucun sinistre, il bénéficiera d’un bonus, et sa prime d’assurance va baisser.

C’est quoi le bonus/malus ?

malus bonus assurance auto
Crédits : Twenty20

Le bonus/malus qu’on appelle aussi coefficient de réduction-majoration ou CRM est un système qui ne concerne que l’assurance auto en France. Il touche les VTM (Véhicules Terrestres à Moteur). Pour les cyclomoteurs de moins de 80 cc ainsi que véhicules agricoles ou de travaux publics, les véhicules anti-incendie et les véhicules de secours, c’est la compagnie d’assurance qui décide d’appliquer ou non le bonus/malus. Il récompense les bons conducteurs et sanctionne les mauvais. Ce système légal commun à toutes les compagnies d’assurance évolue donc suivant la conduite : prudente ou à risque pour adapter le coût de l’assurance auto. Vu qu’il change tous les ans, à la baisse ou à la hausse, il a des impacts sur le calcul de la prime annuelle d’assurance auto. Il s’applique à la prime de référence. Concrètement, si vous n’avez pas eu d’accident routier, le bonus va vous récompenser, et votre cotisation diminuera, et si vous avez eu un accident responsable (total ou partiel), vous serez pénalisé par l’assurance malus, et votre cotisation d’assurance augmentera. Pour information, l’incendie, le vol et les bris de glace n’entraînent pas un malus, tel est aussi le cas pour les causes indépendantes de l’automobiliste comme les catastrophes naturelles, les dommages sur un parking…

Le principe du bonus/malus

Le bonus est une baisse de la cotisation d’assurance auto alors que le malus est une majoration, et ces deux facteurs reposent sur le tarif de référence établi par la compagnie d’assurance. Selon le comportement de l’automobiliste sur la route, la cotisation est multipliée par le coefficient correspondant au bonus et au malus. Le coefficient de base est de 1, si c’est inférieur à 1, c’est le bonus, et si c’est supérieur à 1 c’est le malus. À noter que le CRM est entre 0,50 et 3,50. Si l’automobiliste ne fait aucun accident sur une année, il profitera d’une baisse de 5 % de son coefficient bonus/malus. Lors du calcul, l’assureur prend en compte les sinistres pendant les 12 derniers mois. Un accident responsable totalement entraîne une majoration de 25 % du coefficient précédent. À chaque sinistre, la compagnie d’assurance majore le coefficient de 25 %. Si ce n’est pas un accident responsable, l’assuré n’aura aucun malus. En cas de partage de responsabilité entre les conducteurs, l’assureur ne prend plus 25 % de malus sur le CRM, mais 12,5 % chacun. À noter que si le conducteur passe 2 ans sans accident responsable, le malus disparaît, tout coefficient supérieur à 1 est donc ramené à 1.

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.